hamb menu

Éducation au développement

Projet d’Education au Développement

Nous sommes actifs dans les activités de la coopération internationale et de l’éducation au développement depuis plusieurs années. L’Association facilite les échanges entre les pays du Nord et du Sud, elle permet aux femmes de partager des moments de convivialité et de solidarité à travers la mise en place de micro projets de développement. Nous animons ainsi chaque année diverses actions pédagogiques, participatives et ludiques pour sensibiliser le groupe cible mais aussi les enfants, dès l’école maternelle et primaire, ainsi que des jeunes du secondaire aux questions de développement de solidarité interrégionale et citoyenne. Ces animations sont menées en collaboration avec des personnes « relais » allochtones. Elles envisagent la rencontre avec l’Autre sous un jour différent en se débarrassant du prisme ou de l’écran des stéréotypes et des préjugés.

Les participants utilisent entre autres, des outils à caractère interactif et des activités qui visent à mieux comprendre, analyser et critiquer leur environnement en étant davantage conscients des réalités vécues par les populations du Sud ainsi que des interdépendances entre les populations du Nord et du Sud dans le but de promouvoir un engagement pour des relations Nord-Sud plus équilibrées. Cela permet d’ouvrir les yeux des citoyen(ne)s sur les réalités du monde et les engage à participer à la construction d’un monde plus juste et plus équitable, un monde de droits humains pour tous.

Ce projet d’Education au Développement vise en fait à informer et sensibiliser le monde de l’entreprise aux problématiques des relations Nord-Sud, faire comprendre aux salariés ce qu'est le développement et leur permettre ainsi de saisir l'impact de leur activité à l'autre bout du monde. L’action cherche aussi à faciliter la compréhension des interdépendances entre le Nord et le Sud, susciter et renforcer la capacité du monde de l'entreprise à participer activement aux initiatives individuelles et collectives de solidarité internationale afin de contribuer à la construction d'un monde juste, solidaire et durable. L’entreprise étant un acteur incontournable de la mondialisation, elle est au cœur des relations Nord-Sud et des grands enjeux mondiaux.

Il s’agit donc d’un processus qui vise à donner aux groupes cibles des clés pour comprendre le monde qui l’entoure et agir en citoyen. Dans un monde globalisé où les rapports deviennent de plus en plus complexes et les situations de pauvreté de plus en plus aiguës, il est fondamental d’être conscient et d’adopter les gestes citoyens qui permettent, au quotidien, de réduire ces fractures. Notre démarche auprès du monde de l’entreprise est simplement un accompagnement vers la compréhension des enjeux sociaux mondiaux en vue d’éveiller des consciences et de développer l’action de solidarité internationale. Cette initiative s’intègre dans un processus partenarial avec divers acteurs impliqués, à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise. Elle sera toutefois guidée par le porteur du projet qui va créer des relations et des collaborations autour de son projet afin de l’étoffer.

En favorisant les rencontres entre les acteurs du monde de l'entreprise, membres de l'UCM et du Cercle du Lac de Louvain la Neuve et les acteurs du secteur associatif, autour du Collectif des Femmes et des Associations de migrants, l’action vise à provoquer des changements de valeurs et d'attitudes sur les plans individuel et collectif en vue d'un monde plus juste. Au total, la motivation première du projet est de provoquer le changement des mentalités et des comportements de chacun, et particulièrement des acteurs du monde de l'entreprise, dans le but de contribuer individuellement et collectivement à la construction d'un monde juste, solidaire et durable.

Intervenir à la racine…
Un travail d’éducation et développement…
un défi social et culturel

Notre travail de sensibilisation dans les écoles… s’inscrit dans un cursus d’éducation non formelle pour une émancipation sociale contre la haine…

«Si tous les gars du monde voulaient se donner la main alors on pourrait faire une ronde autour du monde» - Paul Fort.

Les principes de solidarité, de lutte contre les inégalités, de respect de la diversité des cultures, de protection de l’environnement, de participation des personnes aux prises de décisions qui fondent la démocratie se construisent dès le plus jeune âge.

Il y a beaucoup à faire pour améliorer l’ouverture à l’autre et le vivre ensemble. L’école devrait davantage prendre en compte la réalité de la diversité, à titre d’exemple, les cours d’histoire pourraient être un peu plus axés sur l’histoire de l’immigration.

Il est urgent de remplacer le modèle de la compétition par celui de l’émulation c'est-à-dire de la lutte contre soi avec l’aide des autres. Cela implique une révolution, elle peut être non violente si elle est entreprise dès l’école.

L’émancipation sociale est le meilleur moyen de contenir les ressentiments, les peurs et les replis sur soi, générateurs de racisme. L’exclusion sociale est aussi génératrice de haine et d’ignorance et les populations précarisées sont fort exposées à la diffusion d’idées extrêmes surtout pendant les périodes de crises.

Il est important de se concentrer sur l’ensemble du système éducatif depuis les maternelles jusqu’à l’enseignement supérieur. L’éducation au développement, à la culture, à la citoyenneté des enfants est un outil efficace pour rendre effectif l’égalité des chances.

Instituteurs et enseignants nous sollicitent régulièrement pour aborder le thème de la multiculturalité, de l’interculturalité, l’engagement social, les relations Nord-Sud, le rôle et le statut de la femme que ce soit dans les secondaires, primaires et même maternelles. Sensibiliser les enfants à la culture de l’autre par le biais de mises en situation, de dessins, d’histoires, fait partie de notre démarche. Mais force est de constater que ces différents modules d’animation, bien qu’appréciés par les enseignants et les élèves, restent trop ponctuels pour apporter une modification réelle ; cela devrait faire partie intégrante du programme scolaire.

C’est pourquoi, il nous a paru intéressant de permettre aux élèves de travailler par projet autour de différents thèmes : la pauvreté, la tolérance, la violence, la d’autres cultures, le recyclage et ce, afin de placer l’enfant dans des expériences motivantes réelles de recherche, de réflexion et d’apprentissage.

Pour que le projet et les animations portent leurs fruits, il est primordial que les enfants soient les principaux acteurs du projet et que l’initiative leur appartienne, avec la collaboration de l’enseignant bien entendu.

Les enseignants confirment que le travail par projet est très enrichissant pour les élèves et que l’impact en matière de prévention est bien plus grand que lors des animations ponctuelles.

Les réflexions sur la thématique de notre colloque international « Femmes et justice » et d’autres sources d’information ont pu alimenter la créativité d’un groupe de jeunes. Un théâtre action fut présenté à plus de 600 personnes. Les enfants ont pu pasticher les contradictions que nous pouvons rencontrer quand il s’agit d’appliquer au quotidien les valeurs de la tolérance, de confrontation avec l’Autre, les différences qui reste la meilleure approche constructive de soi, la meilleur approche de vivre ensemble.

Le dialogue interculturel est une opportunité d’ouverture extraordinaire vers les différences, vers la liberté et permet de choisir ses propres référents culturels… Les différences m’exposent mais me font réfléchir sur la concordance entre mes actes et mes valeurs… Il serait important de mieux reconnaitre les acquis obtenus par les voies de ce travail.