hamb menu

Travail de sensibilisation

Colloque international du 28 mai 2015 À l’Aula Magna de Louvain-la-Neuve

«La réussite au féminin : les Champs du possible ».
En partenariat avec Méditerravenir

Des études ont prouvé qu’il y a plus de femmes diplômées que d'hommes qui sortent des formations chaque année. Pourtant, après une dizaine d'années de carrière, les femmes sont de moins en moins nombreuses à occuper un poste de management principal car toujours doublées par leurs collègues masculins. Ceci est dû à la pression sociale qui met l’homme en avant, tout en obligeant la femme à taire ses ambitions personnelles. La pression pour la femme de réussir parfaitement sur les deux tableaux : familial et professionnel, peut la freiner dans son élan de réalisation. Celles qui veulent forcer professionnellement ont besoin de moyens et de conseils pour réaliser leurs ambitions. Il revient donc à la société de changer certaines choses comme par exemple s'adapter à la parité avec deux parents, homme(s) et/ou femme(s), ayant les mêmes possibilités de réussir leur vie professionnelle et leur vie privée à niveaux de salaires équivalents et dans les mêmes délais.

Cette parité s'applique aussi bien aux sphères privées que professionnelles. Sur un plan privé, la fameuse "double journée" ne touche encore que peu d'hommes aujourd'hui, la femme devant assurer elle-même ou au minima organiser le bain, le repas et les devoirs des enfants à son retour au domicile. Il importe donc de mieux répartir les tâches au sein du foyer et de permettre aux femmes de poursuivre leur progression professionnelle.

D'importantes disparités existent encore entre les pays Européens et l’objet du jour peut aider à la stimulation de l’égalité entre le genre. Un tel colloque est un lieu de ressources propice à l’échange, la réflexion et la création avec les mouvements associatifs, les politiques chargées de mettre en place des dispositifs de développement. C’est un outil qui interroge les pratiques du Sud et du Nord tout en valorisant les initiatives des femmes en matière d’accessibilité de celles-ci dans notre société en pleine mutation, un outil qui entend mettre l’égalité des chances au cœur des préoccupations.

Objectif:

Le présent colloque vise à valoriser et à reconnaître les compétences des femmes actrices de changement pour les enjeux mondiaux, développer la création, l’éducation, la formation pour toutes, conduire ces réflexions du local au global en activant les réseaux internationaux, européens et mondiaux en vue d’une reconnaissance des droits des femmes, donner des clés utiles et pratiques pour s’épanouir au travail sans sacrifier de sa vie personnelle. Il sera une occasion de voir et d’entendre comment certaines femmes ont pu s’organiser pour se hisser au sommet de la société en bravant divers obstacles dans un monde qui ne respecte pas l’égalité des chances entre l’homme et la femme. Cette journée de réflexion va se structurer autour de trois axes : l’accès au programme de formation et d’insertion socioprofessionnelle destiné aux femmes, l’accompagnement des femmes porteurs de projets et la mise en réseau des femmes leaders et chefs d’entreprise. Ces sujets et beaucoup d’autres seront traités par une palette de femmes, et quelques hommes, qui représentent chacun une réussite dans leur domaine.

Public-cible:

Le projet touchera notre public essentiellement composé de migrants, les habitants du Brabant wallon, le monde associatif, les instances politiques (locales, régionales et fédérales), les invités du Sud et les étudiants.

Brève description du projet:

Les femmes d’aujourd’hui, contrairement à leurs aînées, veulent mener à bien tous leurs projets, sans sacrifier l’un à l’autre. Elles veulent développer leurs différentes activités en maximisant leurs talents et leurs valeurs, endosser pleinement leur rôle pour prendre toute leur place professionnelle et réussir leur travail, sans négliger leur vie de famille. Elles veulent atteindre leurs objectifs professionnels, personnels et financiers, en parfait équilibre avec leur projet de vie. Elles veulent enfin prendre possession de tous leurs atouts et explorer les meilleures pistes pour une bonne évolution professionnelle et personnelle, afin d’arriver au sommet et récolter les fruits de leur travail.

Réussir au féminin consiste en fait à allier les contraires, concilier ses différentes vies (de femme, de mère, de professionnelle…), c’est aussi mettre en avant des valeurs et des caractéristiques essentiellement féminines, qui sont justement indispensables pour trouver sa place dans la nouvelle société qui est en train d’émerger. Aujourd’hui, l’heure est venue de nous tourner vers la coopération, le partage, la négociation, l’harmonie et l’intelligence collective autant dans notre couple que dans notre famille et à notre travail. Mais si les avancées dans ce sens sont évidentes, rien n’est jamais acquis. La plupart des femmes éprouvent encore d’énormes difficultés pour créer et développer leurs activités au Nord comme au Sud. Les problèmes qu’elles rencontrent sont multiples. Le monde du travail, créé par les hommes pour les hommes, est toujours régi par des codes dont les femmes ignorent presque tout. La charge de la famille reposant essentiellement sur elles, ce qui pénalise leur carrière.

Les facteurs sociétaux et culturels tentent, en effet, d’expliquer pourquoi il appartient avant tout à la femme de prendre soin du ménage et des enfants, à l’homme d’assurer la subsistance de la famille. Bien que cette norme sociale ne soit pas totalement valable aujourd’hui, la situation se perpétue et la ségrégation dissuade certaines familles d'investir dans l’instruction, la formation et la carrière des filles.

Cette attitude est parfois reproduite par les femmes elles-mêmes alors que de nombreuses études montrent qu’elles sont aujourd’hui plus instruites et plus qualifiées. Ce qui n’empêche pas que les femmes soient toujours traitées comme une catégorie distincte jouant un rôle secondaire du point de vue des activités productives de la famille et de la collectivité. Les inégalités entre les femmes et les hommes constituent pourtant des violations des droits fondamentaux. Elles représentent en plus un lourd fardeau économique et entraîne un gaspillage de talents pour la société. Toutefois, des stratégies visant à promouvoir l’égalité des chances entre les femmes et les hommes telles que la constitution de réseaux, le suivi de carrière et la relation de tandem avec un mentor se sont révélées utiles pour les aider à construire leurs itinéraires professionnels. Ces réseaux sont une source d’information et de visibilité, ils permettent aux femmes d’élargir le cercle de leurs relations et de bénéficier du soutien dont elles ont besoin pour s’acquitter convenablement de leurs métiers.

Ce projet contribuera au changement social.

Il aide à la prise en conscience par le genre : femmes et hommes, des difficultés et des possibilités d’émergence de la femme sur le plan professionnel.
Cette prise de conscience peut motiver les uns et les autres à trouver les voies et moyens qui permettront une meilleure parité familiale laquelle se répercutera positivement sur la sphère professionnelle. Car une femme professionnellement épanouie, est une personne qui contribue au développement de son pays, mais est surtout une bonne conjointe et une bonne mère.

Résultats/effets visés :

Mettre en lumière le gender streaming qui examine l’impact sur les politiques régionales et fédérales. Les politiques du gender streaming sont censées être généralisées, le Ministre de l’Egalité des Chances fera le point sur cette question.

Parler de la réussite des femmes, des possibilités et des limites concerne tant les hommes que les femmes. A l’issu de notre colloque, les résultats attendus sont :

  1. Créer une synergie Nord Sud favorable à la réussite au féminin comme outil de développement économique et social
  2. Accroître la visibilité des femmes entrepreneures et leaders
  3. Favoriser l’accessibilité, pour les femmes, aux services de soutien au démarrage, à la consolidation et à l’expansion d’entreprise
  4. Développer et stimuler une culture entrepreneuriale et de réussite
  5. Soutenir et promouvoir les activités professionnelles des femmes
Partenariat :

Louvain développement, Syndicat des journalistes, Méditerravenir, Le Centre Placet, l’Association des Habitants de Louvain-la-Neuve, l’Assemblée Générale des Etudiants de Louvain, la Coordination Générale des Etudiants Etrangers, la Commune d’Ottignies - Louvain-la-Neuve, la Province.

Ce colloque favorisera la prise de conscience du rôle et de la position des femmes et stimulera leur participation sociale aux prises de décision.

Notre projet permettra aussi de lutter contre la discrimination sur base de sexe, de promouvoir et d’impulser une dynamique d’égalité des chances entre les femmes et les hommes et de découvrir des expériences novatrices dans les secteurs où les femmes sont peu représentées.

Renforcer un cadre de dialogue et de coopération avec les mouvements étudiants
Un travail en partenariat avec les mouvements étudiants : l’assemblée générale des étudiants de Louvain, la coordination générale des étudiants étrangers.

Notre ancrage dans le milieu étudiant est notre milieu « ressources » de départ.

Nous collaborons pour mener nos activités d’accueil des étudiants étrangers, d’informations, de formation, d’aide à la réinsertion des femmes du Sud et d’appui à leurs microprojets.

Les étudiants nous interpellent régulièrement sur nos actions de terrain, cette proximité avec les migrants est une richesse « à exploiter » pour la réinsertion professionnelle des étudiants dans leur pays d’origine, pour comprendre les parcours migratoires, pour interpeller les autorités académiques sur des problématiques particulières (les étudiants allochtones surqualifiés ou malades, les femmes seules avec enfants dont les conjoints sont au pays, etc.)

Nous travaillons régulièrement avec des kots à projets, ils nous apportent un éclairage important pour orienter les législations existantes en matière de prévention, de formation, etc. En 2014, nous avons effectué avec eux, un travail de sensibilisation sur la question du sida et de la violence. Les questions du public ont mis en lumière leur besoin important d’informations.

Nous encadrons aussi des étudiants universitaires à la recherche de stages professionnels. Ensemble, nous rassemblons divers horizons, engagés d’une manière ou d’une autre dans l’approche d’un travail patient et laborieux de coconstruction et de mise en perspective des réalités de terrain dans un système plus large.

Nous collaborons aussi sur des projets ciblés que ce soit lors des colloques ou des journées de sensibilisation. Nous avons besoin du « regard » des jeunes pour faire avancer l’égalité dans la sphère publique, pour réfléchir ensemble à des pistes de travail, pour provoquer des prises de conscience, facteurs de changement, pour faire le point sur les enjeux qui pourraient dominer à l’avenir.

Ce dialogue axé sur la reconnaissance de la mutualité d’intérêts dans la rencontre des cultures, de l’approche intergénérationnelle est une chance pour eux de côtoyer pendant leurs années d’études, décisives de leur vie, des hommes et des femmes originaires d’horizons culturels divers.

Nous sollicitons ces structures pour améliorer la connaissance de nos activités au Nord et au Sud, dans le milieu étudiant. De même, ces deux mouvements s’engagent à un partenariat dynamique, en fournissant régulièrement au Collectif des Femmes des informations sur les attentes, les aspirations et les engagements des étudiants dans le domaine de la solidarité internationale.

L’accroissement significatif de nos synergies devrait passer par une fonction d’architecture et de management de ce réseau. Nos colloques sont toujours l’occasion de croiser le regard des jeunes et des adultes, des étudiants ou d’anciens étudiants, des hommes et des femmes, migrants ou belges, sur la dimension genre.

Un mouvement citoyen … un service transversal …
Pour relever les défis de société actuels, il faut poser les fondements d’une citoyenneté mondiale…
«Les citoyens ont plus e pouvoir qu’ils ne le pensent. Ils peuvent choisir leurs actes en fonction de l’impact qu’ils ont sur d’autres humains» - Laurent Deutsch
Responsable de l’Unité éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire de l’association Ile de paix.

Nous allons intensifier un module de citoyenneté à l’intérieur de chaque dispositif de formation que ce soit dans l’enseignement de promotion sociale. En tant qu’acteur de terrain vivant et travaillant avec d’autres générations, d’autres origines, d’autres milieux sociaux, d’autres religions/ convictions, nous sommes les témoins du « vivre ensemble ».

Notre mission peut paraître simple mais les chemins de l’éducation citoyenne et du respect d’autrui sont très complexes. Cela passe par l’élaboration des propositions d’une vie réinventée construite avec le goût des autres.

Construction d’une pédagogie spécifique pour la compréhension du processus démocratique «imageries citoyennes»

Il s’agit de la création d’un outil pédagogique qui prend en compte d’une part, la vulgarisation des processus démocratiques notamment le droit de vote, en particulier celui des étrangers, la connaissance des institutions publiques au niveau communal, régional et européen, les dangers de l’extrême droite, … et d’autre part, la mise en situation au niveau communal, au niveau régional, la connaissance de leurs moyens d’action et des leviers à leurs dispositions pour faire entendre la voix d’un public précarisé.

Un mouvement citoyen qui peut aussi construire un autre modèle qui donne du sens qui entrevoit l’avenir …

L’école à ce titre a un rôle fondamental à jouer. Il est essentiel et plus que temps d’apprendre aux plus jeunes à développer leur esprit critique, leur donner les codes, leur apprendre à se positionner dans le monde. Il faut en quelque sorte forcer le mélange des origines et des idées.

Les projets axés sur les différentes formes de discrimination, construire du savoir et des compétences à partir des apports de chacun, ouvrir les contenus d’enseignement à la dimension multiculturelle sont des défis à relever d’urgence.

Si les jeunes étaient plus outillés culturellement, plus familiers d’un héritage qui est leur et dont le plus souvent, ils ignorent presque tout, ils seraient des citoyens capables de lutter efficacement contre l’exclusion sociale par des échanges, des confrontations multiples et fécondées au profit d’un projet commun.

Cette aventure profondément solidaire demande des dispositifs d’éducation programmée soutenue par des professionnels … acteurs du champ social. Ce travail est en chantier depuis plusieurs années mois nous allons dégager du temps supplémentaires à deux travailleurs de terrain pour parfaire leur formation et construire des mallettes pédagogiques dans ce domaine.