hamb menu

Éducation aux médias

Définition des médias citoyens

Durant les deux dernières décennies, les médias ont subi de profondes transformations par l’évolution rapide et l’abondance des offres culturelles et médiatiques qui ont caractérisé la fin du siècle dernier. Nous assistons à leur multiplication d’où « l’asservissement » du citoyen.

Cette multiplication des médias n’a pas apporté nécessairement une éducation au citoyen et n’a pas réellement donné une information de qualité et une connaissance d’un monde réel.

Souvent, le citoyen doit s’enquérir d’un panel de news provenant de divers médias et se retrouve face à une répétition des informations qui convergent.

Avec Internet, le paysage médiatique subit de profondes transformations. La mise en place de la presse en ligne aura du mal à trouver un modèle économique qui lui convient et la télévision se rallie de plus en plus à Internet.

La presse sous toutes ses formes et l’évolution ainsi que la montée en puissance des acteurs du Net conduira probablement à un bouleversement du paysage médiatique. Certes, c’est une révolution à la fois culturelle et économique mais qui aura ses inconvénients.

Notre association poursuit le programme en éducation aux médias qui s’inscrit dans une mécanique de «participation active citoyenne » mais également d’échanges divers des contenus avec tous les participants.

Développer des programmes d’activités afin d’explorer l’univers médiatique est un des principaux objectifs de ce projet, d’où des rencontres participatives des citoyens et le croisement entre les médias, les experts et le secteur associatif.

Objectifs :

Education aux Médias

Comment explorer les ressources des nouvelles technologies de la communication pour favoriser l’expression créative et sociale des personnes en situation précaire ? Elles ont modifié les conditions de travail mais aussi celles de l’éducation et des formations, les rythmes de vie, les rapports aux autres…

Lutter contre l’analphabétisme numérique… une discrimination fortuite

Les nouvelles technologies sont des atouts précieux pour franchir certaines barrières, mais elles en créent d’autres. Ces nouveaux outils posent sans conteste des difficultés d’ordre éthique. L’espace a capitulé ?

Grâce à l’image, nous pouvons être partout à la fois instantanément. Le temps risque d’être pulvérisé s’émiettant en images qui couvrent le danger de refuser à la fois l’imagination du passé et la mémoire de l’avenir.

Les médias procurent des profits de notoriété et des profits matériels qui modifient sensiblement la conception des échanges.

La durée des déplacements qui se comptait en semaines ou en mois se mesure désormais en heures ou en minutes, les informations sont transmises instantanément, nous sommes les témoins visuels d’événements qui se produisent dans d’autres continents.

Chacun a donc son mot à dire sur les décisions de tous. Cette contrainte peut paraitre lourde. Essayer d’y échapper serait renoncer à une richesse essentielle notre « humanitude », non pas reçue de la nature mais construite par nous.

Pour ne pas devenir esclaves d’images hypnotiques que nous n’avons pas choisies, nous proposons des séances d’ateliers d’éducation aux médias qui s’inscrivent dans une démarche de « participation active citoyenne ».

Une réflexion sur un usage écologique de l’informatique et un surprenant voyage anthropologique dans les images numériques…

Maintenant tout va trop vite… le « trop » et le « trop vite » apparaissent comme un ressenti partagé vis-à-vis du mode de fonctionnement de la société et de la perte de contact.
Cette constatation soulève la question de la fracture numérique, économique, sociale, culturelle et générationnelle et du potentiel d’exclusion qui en découle.